L’Association pour la Justice Restaurative en Suisse (AJURES) a notamment pour but de promouvoir et mettre en œuvre, en Suisse, des pratiques de justice restaurative. Cette forme de justice considère l’infraction pénale comme un événement qui cause des dommages (aux personnes, aux biens et aux relations) et se donne pour objectif de les réparer en œuvrant pour la restauration du lien entre l’auteur de l’infraction et la victime, tandis que la justice pénale rétributive s’intéresse avant tout à la faute commise, pour en punir l’auteur.

Le comité de l’AJURES

  • Présidente: Camille Perrier Depeursinge, docteure en droit, avocate à Lausanne et chargée de cours en Modes amiables de résolution des conflits en matière pénale à l’Université de Lausanne, auteure d’une thèse sur la médiation en droit pénal suisse.
  • Vice-président : Jean-Marc Knobel, médiateur généraliste et pénal dans le canton de Vaud. Responsable en mandats de protection de l’enfance.

Font également partie du comité de l’AJURES :

  • Géraldine Bugnon, docteure en sociologie, Centre romand de recherche en criminologie, Université de Neuchâtel.
  • Gérard Demierre, médiateur pénal dans le Canton de Fribourg.
  • Emmanuelle Granzotti, psychologue psychothérapeute FSP à Genève, spécialisée dans le suivi de détenus et de victimes.
  • Véronique Jaquier Erard, psychologue et docteure en criminologie, Centre romand de recherche en criminologie, Université de Neuchâtel.
  • François Kohler, juriste et cinéaste, Pully.
  • André Kuhn, Professeur de droit pénal, procédure pénale, criminologie et modes amiables de résolution des conflits en matière pénale, Centre romand de recherche en criminologie, Université de Neuchâtel.

 

Publicités